Surf, skate, paddle : Le Suisse Mike Jucker est à Hawaii pour suivre les nouvelles tendances
En coulisse

Surf, skate, paddle : Le Suisse Mike Jucker est à Hawaii pour suivre les nouvelles tendances

Traduction: traduction automatique

Mike Jucker observe depuis deux décennies les principales tendances du surf, du stand-up paddle et du foil à Hawaï. Pour partager sa passion du skateboard et des vagues, il a créé une marque de longboard et le magazine Stand-Up.

Mike Jucker vit sur l'île hawaïenne de Maui et est le fondateur de la marque de skateboard Jucker Hawaii. En tant que rédacteur en chef du magazine Stand-Up, il couvre les dernières tendances des sports nautiques dans le monde entier. Lors du salon nautique 2024 de Düsseldorf, nous nous sommes rencontrés pour une interview sur l'expatriation, le rêve de surfer et les dernières évolutions du paddle et du foil.

**Qu'est-ce qui vous a fait quitter la Suisse pour Hawaï ?Mike Jucker: Je vis à Maui depuis 22 ans. La raison pour laquelle j'ai quitté la Suisse : Je voulais réaliser mon rêve d'un été éternel et d'un surf sans fin. Dans mes jeunes années, quand j'avais une vingtaine d'années, je me suis laissé dériver autour du monde. Jusqu'à ce que je rencontre ma future femme à Oahu.Etes-vous resté là-bas tout de suite ? Non, ce n'est pas aussi simple que cela pour les permis de séjour et de travail. Nous avons eu une relation à distance pendant plusieurs années, puis nous nous sommes retrouvés à Hawaï en 2002 et nous nous sommes mariés assez spontanément. A l'époque, nous pouvions pratiquement mettre tout ce que nous possédions dans nos sacs de voyage. Aujourd'hui, cela fait 22 ans que nous sommes à Maui et que nous avons construit notre vie ici. Et nous avons trois enfants qui aiment aussi les vagues, le surf et la mer.D'où vient votre amour pour les sports nautiques?Au début, c'était mon amour pour les sports de glisse. J'ai grandi à Zurich dans le milieu du skateboard et à la montagne dans le milieu du snowboard. Les sports de glisse m'ont toujours fasciné, mais ce qui me passionnait vraiment, c'était les vagues bleues tropicales d'Hawaï, d'Indonésie, d'Australie, des Fidji.Pouvez-vous décrire la fascination des vagues?C'était pratiquement pour moi "the last frontier", la dernière frontière des sports de glisse. Et je voulais la conquérir parce que c'était pour moi la chose la plus géniale et la plus belle. Tous ces types de surfeurs qui surfaient sur les vagues les plus folles uniquement avec leur boardshort, je trouvais ça super cool quand j'étais adolescent. C'est ce que je voulais apprendre. Et mes cousins d'Afrique du Sud m'ont aussi un peu donné le goût de la culture de la plage. En Suisse, j'étais tout simplement trop à l'étroit et trop froid. J'ai donc dû me débrouiller avec ma planche sous le bras pour m'en sortir.

Que ce soit sur des rouleaux ou sur l'eau, les sports de glisse sont la passion de Mike Juckers.
Que ce soit sur des rouleaux ou sur l'eau, les sports de glisse sont la passion de Mike Juckers.
Source : Siri Schubert
Que s'est-il passé ensuite?Bien sûr, un rêve implique toujours une part de vérification de la réalité. Cela signifie que j'ai d'abord cherché du travail. J'ai ensuite commencé une carrière dans l'hôtellerie à Maui.Mais ce n'est pas tout, car vous êtes resté fidèle aux planches.Oui, vers 2007, j'ai développé avec un ami l'idée de lancer ensemble un site web sur lequel nous vendrions des produits de surf personnalisés. Nous voulions proposer des labels hawaïens vraiment cools et les exporter en France. En 2008, l'économie américaine puis mondiale s'est effondrée et notre idée était sur le point de s'écrouler. Mais nous avons alors eu la possibilité de produire des longboards en Allemagne. Nous étions ainsi les premiers à pouvoir proposer de telles planches dans le segment de prix moyen. Ce fut le coup d'envoi de notre entreprise, Jucker Hawaii. Et c'est à partir de 2010 que les choses ont vraiment commencé à bouger.Mais vous n'êtes pas seulement expert en skateboard et en longboard, vous l'êtes aussi en stand-up paddle. Comment en êtes-vous arrivé là ?2010 a été une année charnière. Le stand-up paddle était encore largement inconnu en Europe, mais les premières courses et événements commençaient à se dérouler en Suisse et en Allemagne. Il n'y avait alors aucun site web qui écrivait sur ce nouveau sport et qui parlait des tendances. En effet, j'étais pratiquement assis à la source et les yeux du monde du stand-up étaient tournés vers Hawaï. Vers les pionniers de ce sport, Laird Hamilton, Dave Kalama et Robby Naish.
En pagayant en downwind sur un SUP entre les îles hawaïennes.
En pagayant en downwind sur un SUP entre les îles hawaïennes.
Source : Mike Jucker
Un peu plus tard, nous nous sommes rencontrés à Hawaii, en 2014, lors de ma première course Molokai2Oahu.Oui, c'est là que tout a vraiment commencé et que le sport a explosé. Mais j'avais déjà décidé de lancer non seulement un site web, mais aussi un magazine papier. J'ai une passion pour les beaux magazines, pour la bonne photographie et pour les histoires de style de vie que je voulais voir imprimées. En 2011, j'ai envoyé le premier magazine à Paddel Expo, pratiquement à titre expérimental, pour voir comment il était accueilli par l'industrie. En un mot : très bien. Et maintenant, 13 ans plus tard, nous sommes assis ici à en parler.
Le magazine Stand-Up couvre les tendances, les conseils et les nouveautés dans les sports nautiques.
Le magazine Stand-Up couvre les tendances, les conseils et les nouveautés dans les sports nautiques.
Source : Siri Schubert
Qu'est-ce qui rend le magazine si spécial?.Comme je vis à Maui, je suis là depuis le début. Des légendes comme Kai Lenny et Connor Baxter étaient encore adolescents. Moi-même, en tant que coureur, j'ai également participé à de nombreuses courses. Il est important pour moi de faire moi-même ce sur quoi j'écris. Quand on vient de la culture du surf, c'est aussi une question de respect, je ne reste pas sur le bord à observer ce qui se passe sur l'eau, je participe moi-même.
Dans la vague, au lieu d'être un simple observateur sur le bord : Mike Jucker connaît la culture du surf hawaïen de première main.
Dans la vague, au lieu d'être un simple observateur sur le bord : Mike Jucker connaît la culture du surf hawaïen de première main.
Source : Mike Jucker
Mais entre-temps, le sport a évolué.Absolument . Le stand-up paddle s'est développé à partir du surf. C'est pourquoi, ici à Hawaï, nous avons eu ensuite l'évolution vers le paddle downwind, où les pagayeurs absurdent les vagues de vent sur de longues distances. En Europe, le paddle en eau plate est devenu très populaire et différentes scènes se sont formées. Il existait et il existe toujours une scène de course active en Europe. Néanmoins, le sport de masse et de loisir s'est davantage développé en Europe.Mais à Hawaii, les choses ont continué différemment.Naturellement . Des sportifs comme Kai Lenny, qui fait des choses incroyables sur toutes sortes de planches dans les grandes vagues, se sont vite lassés de pagayer avec une longue planche de 14 pieds sur le parcours traditionnel de Maui, le Maliko Run. Il a donc eu l'idée de visser une aile, un foil, sous la planche, comme cela devenait tendance en kitesurf et en planche à voile. Cela a fonctionné mieux que prévu.
Le downwind foil ne s'est pas arrêté là?.À la base, tout le monde est surfeur ici et quand il s'agit de vitesse et d'adrénaline, ils sont là. Le foil a donc rapidement été adapté aux vagues. Et c'était tellement nouveau que les planches de stand-up ont disparu dans les garages. Le stand-up paddle a donc pratiquement disparu d'Hawaï. Puis vint l'aile, le wing. Elle permettait d'exploiter la force du vent. Cela a donné un coup de fouet au sport.
Mike Jucker est également présent sur le wingfoilen et nous parle des dernières évolutions de ce sport.
Mike Jucker est également présent sur le wingfoilen et nous parle des dernières évolutions de ce sport.
Source : Mike Jucker
Où va l'évolution ? En ce moment, l'évolution est rapide. J'ai accompagné tout cela avec le magazine Stand-Up, si bien que nous sommes aussi devenus un peu un magazine de foil et de wing. Aujourd'hui, la technologie est tellement bonne que même les foils deviennent très efficaces sous le SUP, car ils permettent de flotter sur la mer sur l'aile avec la propulsion de la pagaie. Et en Europe, on voit de plus en plus de gens qui font du pumpoil, c'est-à-dire qui font monter la planche sur l'aile à la force des jambes. C'est possible sans avoir besoin de 30 nœuds de vent.Dans la deuxième partie de votre vidéo, on voit bien les différentes façons de faire du foiling.
Le foil va-t-il supplanter le stand-up paddle?Je ne le vois pas. Les pagayeurs qui recherchent l'action et qui sont passionnés par le paddle downwind et le SUP surfing vont peut-être changer de pratique. Mais ceux qui utilisent le SUP comme un simple outil de loisir, et qui ne sont peut-être pas très sportifs, auront tendance à ne pas se mettre au foil, car ce n'est pas si facile à apprendre. Et les coureurs de SUP qui se sont spécialisés dans la course s'y tiennent, nous le voyons déjà dans les grandes courses. Comme dans d'autres sports, il y aura différentes disciplines qui coexisteront. Et il y aura certainement des évolutions dans ce domaine à l'avenir.Merci, Mike, pour cet entretien et cette vision passionnante du monde des sports nautiques.**
Photo d’en-tête : Mike Jucker

Cet article plaît à 18 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Plongeuse scientifique, instructrice de SUP, guide de montagne... même si les lacs, les rivières et les mers sont mes terrains de jeu favoris, je ne me laisse pas porter par le courant, car j'ai encore beaucoup à apprendre et à découvrir. J'aime aussi prendre de la hauteur et changer de perspective en volant avec des drones et en faisant du trail. 


Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Commentaire(s)

Avatar